A l’écoute de ma ville

Aujourd’hui, les paysages acoustiques naturels se dégradent en raison de la perte rapide de biodiversité et des espèces contribuant à la richesse de l’environnement acoustique, comme les oiseaux. D’autre part, les bruits générés par les activités humaines envahissent de plus en plus nos paysages sonores. Or les sons ambiants jouent un rôle écologique en procurant des informations essentielles pour les humains et les pour les animaux. En effet, beaucoup d’espèces animales communiquent en émettant des signaux sonores. Les bruits générés par les activités humaines tendent à altérer ce fragile équilibre en interférant avec les signaux naturels, voire en empêchant leur réception. 

Ces perturbations sonores ont également un impact sur notre santé : irritabilité, perte d’audition, hypertension, maladies cardiovasculaires… 

Face à ces constats, de nombreuses études ont montré que les bénéfices qu’une exposition régulière à la nature peut avoir sur la santé physique et mentale avec notamment un gain d’attention, ou une réduction du stress. On en déduit ainsi que la conservation des espaces naturels peut s’avérer bénéfique pour notre santé. 

Les parcs naturels et urbains sont des endroits où l’on peut échapper au tumulte des activités humaines et se ressourcer. 

A synthesis of health benefits of natural sounds and their distribution in national parks (Buxton RT et al, 2020)

Le projet

Écouter les sons ambiants procure un sentiment d’ancrage voire de connexion avec aux autres et à la nature aussi, le premier objectif du projet A l’écoute de ma ville est de réapprendre à écouter l’environnement, à trouver les mots pour décrire les sons qui le composent et le ressenti personnel que procure l’expérience. L’activité commence donc par des exercices d’écoute en classe et dans le jardin de l’école avec pour seul matériel un crayon et un carnet d’écoute dans lequel noter ses observations.

Le deuxième objectif est d’apprendre à mesurer et à interpréter le niveau de bruit. Pour cela, nous utilisons l’application Fizziq

Une fois que les exercices sont maîtrisés, place au terrain ! Nous nous rendons en ville dans le cadre d’une demi-journée d’activité pour réaliser des points d’écoute. L’expérience se fait en petit groupe, chaque groupe ayant un itinéraire bien défini. L’un mesure le niveau sonore et enregistre la scène pendant que les autres notent leurs observations. Pour terminer l’exercice, nous allons à la rencontre des passants pour les interroger sur leur ressenti quant à l’environnement sonore. 

Les exercices d'écoute

Les exercices d’écoute sont adaptés du livret pédagogique de R.M. Schafer, A Sound Education, 100 Exercises in Listening and Sound-making, Arcana Editions (1992), disponible en ligne, en consultation libre. 

Exercice 1 

Échauffement en classe : On commence avec un exercice simple. Tendez l’oreille, tenez-vous silencieux pendant 5 minutes et dressez la liste de tous les sons que vous entendez.

Dans la cour de l’école : Nous allons répéter l’exercice dans le jardin extérieur. Commencez par reporter la date et l’heure, puis notez votre position (vous pouvez indiquer un point de repère comme la grille d’entrée, les magnolias, le parc à vélo…) et décrivez brièvement les conditions météorologiques (beau temps, présence de nuages, pluie, température plus ou moins élevée…). Maintenant, arrêtez-vous. Ne bougez plus. Tendez l’oreille pendant 10 minutes et listez les sons que vous percevez ci-dessous.

Exercice 2 

Nous pouvons classer les sons selon leur nature : les géophonies (G) liées aux conditions météorologiques, ou à des phénomènes ponctuels (éclairs, avalanches, orages…), les biophonies (B) comme le chant des oiseaux ou le cri d’un animal et enfin, les anthropophonies (A) produits par les hommes et leurs machines. Retrouvez la catégorie des sons que vous avez entendu.

Exercice 3

D’où proviennent les sons de notre environnement ? Sont-ils près ? Sont-ils loins ? Sont-ils au-dessus de vous ? Sont-ils plutôt aigus ou graves ? Continus ou intermittents ? Essayez de décrire chacun d’entre eux.   

Sur le terrain

Une ambiance plutôt calme aux Prairies Saint Martin…

et beaucoup plus animée au Thabor 

Laisser un commentaire